Accés al contingut Accés al menú de la secció
 

Zone de L’Espà et de Saldes


Principales caractéristiques géologiques

Photo: Carme Alcántara

Il s’agit d’une zone qui permet de faire quelques observations très intéressantes sur les nappes du Pedraforca. On y trouve divers affleurements du front de la nappe inférieure du Pedraforca, un spectaculaire affleurement de rudistes en position de vie dans une petite unité du crétacé supérieur, un contact entre dépôts marins et continentaux du garumnien avec des fragments de coquilles d’œufs de dinosaure, ainsi que plusieurs mines de lignite abandonnées, souterraines ou à ciel ouvert.

Le contexte géologique de la zone fait partie des nappes supérieure et inférieure du Pedraforca. On peut en voir les détails dans la ZIG no 2.

Depuis la route allant de Saldes à l’Espà, le principal processus géologique observable est la tectonique compressive avec la mise en place de la nappe supérieure du Pedraforca sur la nappe inférieure. Les anciennes exploitations de charbon à ciel ouvert, actuellement restaurées, ont mis au jour une bonne partie du front de chevauchement.

Sur un talus au bord de la route, à l’ouest de Saldes, on apprécie nettement les couches de marnes charbonneuses inclinées vers le sud. Ces couches de lignite sont celles qui étaient exploitées à ciel ouvert, sur le versant sud du sommet inférieur du Pedraforca, ou sous terre, à L’Espà et Saldes.

La mine Clara

Photo: Carme Alcántara

À proximité de cet endroit se trouvent les vestiges de la mine Clara, une ancienne exploitation de lignite. Un total de 34 personnes y a trouvé la mort le 10 avril 1944 à la suite d’une explosion de grisou. Il s’agit du plus grave accident minier de la Catalogne.

 La formation du charbon produit une certaine quantité de méthane qui s’accumule dans les fissures des roches. L’exploitation des galeries libère parfois d’importantes concentrations de ce gaz appelé grisou. Lorsque la concentration en grisou dans l’air se situe entre 5 et 15 %, il se forme un mélange potentiellement explosif s’il entre en contact avec une flamme. Souvent, l’explosion s’amplifie par la présence de poussières de charbon dans l’air, laquelle peut provoquer une deuxième explosion immédiatement après, comme cela s’est passé lors de l’accident.

Les couches de lignite qui s’exploitaient dans cette zone sont équivalentes à celles décrites dans le cas de la ZIG n22.

À proximité de la route, sur un talus situé après le col de la Trapa, on observe un banc d’hippurites en position de vie, ainsi que, juste à côté, le contact entre les faciès marins et les faciès continentaux du maastrichtien, avec de petits fragments de coquilles d’œufs de dinosaures.


Mise à jour: 27.01.2015